Limite de décaissement

En règle générale, les polices d’assurance crédit basées sur le chiffre d’affaires plafonnent le montant maximal de l’indemnisation annuelle par rapport à la prime d’assurance payable.

Qu’est-ce que cela signifie en pratique ?
Dès que l’assuré est indemnisé à hauteur de ce montant maximum, il perd sa protection contre les créances douteuses jusqu’au début de la période d’assurance suivante. Cet aspect des polices basées sur le chiffre d’affaires est parfois négligé par l’assuré. Nous recommandons les actions suivantes :

– Faire correspondre le montant de la prime minimale au risque de crédit envisagé ;
– Maximiser le rapport entre l’indemnisation annuelle et la prime d’assurance payable ;
– Négocier une possibilité d’augmenter le montant de l’indemnisation annuelle pendant, et pas seulement avant, la période assurable, en gardant à l’esprit que cette option peut entraîner une prime d’assurance supplémentaire.

Le rapport entre l’indemnisation annuelle et la prime d’assurance payable peut varier considérablement, ce qui nécessite une étude de marché et des négociations approfondies pour obtenir des conditions optimales.

La limite de décaissement ou limite maximum d’indemnité représente le montant maximum d’indemnité possible sur une année d’assurance ou pendant l’exercice d’assurance, sur une créance, ou un cumul de créances.
Cette limite correspond à un montant fixe ou à un multiple de la prime payée. Dans les polices globales d’assurance crédit, cette limite est souvent fixée à un multiple (de 20 à 40 fois, en moyenne 25 fois) des primes payées par l’assuré au titre du même exercice. Dans certains cas pour des chiffre d’affaires important, il est possible d’aller au-delà (jusqu’à 60) sous certaines conditions.

Elle détermine le montant de décaissement d’indemnité Maximum possible sur un sinistre ou un cumul de sinistre !

Pour cela lors de votre négociation avec l’assureur crédit, il est impératif de surveiller :

  • le niveau de concentration de vos clients importants en fonction de votre poste clients.
  • Est-ce que les couvertures obtenues sont compatible avec la limite de décaissement.
  • Si vous une forte saisonnalité dans votre chiffre d’affaires, vérifiez que l’ensemble des encours couvrent les pics d’activité.
  • Dans le cadre d’un contrat d’affacturage, il faut contrôler si la limite de décaissement couvre bien l’ensemble des encours financés.

Dans tous les cas où la limite ne couvre pas, il faudra soit augmenter le montant de la prime versée soit renégocier un multiple supérieur pour couvrir le maximum des encours.

Pour les contrats couvrant les excédent de pertes, la limite est déterminée forfaitairement à la mise en place de la police.

Exemple de limite de décaissement

Exemple n°1 : Avec un minimum de prime négocié a 10 K€ et une limite de décaissement fixé à x30, on obtient 300 K€ pour une année d’assurance.

Exemple n°2 : j’ai payé 8 K€ de prime, ma limite est de 30. Cela donne 8×30= 240 K€

C’est la limite du montant des indemnités susceptibles d’être versées par l’assureur crédit au titre d’un exercice annuel d’assurance.
En clair, il présente le montant virtuel que peut décaisser l’assureur sur une année d’assurance.

Les primes annuelles sont en fonction de 2 choses :
1) la prime payé annuellement par l’assuré
2) le montant de décaissement prévu au contrat.

Délai de décaissement

En cas de créances impayées, l’assureur crédit indemnise l’assuré en fonction du pourcentage définie dans la police et du montant de l’encours garantie. Le montant peut varier en fonction des garanties accordées sur le débiteur (entre O et 100%).
Le délai de décaissement varie entre 1 entre 5 mois suivant le type de client (dénommé ou non-dénommé).

L’assurance-crédit couvre 2 types d’insolvabilité des clients.

  • Insolvabilité présumée : la créance n’est pas payée sans raison. Après un délai de carence après la date d’échéance, l’assureur effectue la procédure de recouvrement et indemnise l’assurée.
  • Insolvabilité déclarée : le débiteur est insolvable (procédure collective, sauvegarde, RJ redressement judiciaire, LJ liquidation judiciaire). Dans ce cas, il n’y a pas de délai de carence.


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Posté dans .