Risque résiduel

Si on ne peut pas complètement supprimer le risque, il est essentiel de le réduire.

Le risque résiduel correspond à la part de risque restant après avoir pris différentes mesures pour régler le risque principal.

Dans un contrat d’assurance crédit, le transfert du risque est limité au taux d’indemnisation de la créance cédée.
Il subsiste donc un risque résiduel du à l’existence d’une quotité ou d’un plafond d’indemnisation inscrit dans le contrat.

Le risque résiduel dans un contrat d’assurance-crédit

Vous devez offrir des conditions de paiement compétitives à vos clients. Mais que se passe-t-il s’ils font faillite, s’ils manquent de liquidités ou s’ils ne vous paient pas pour une autre raison ?
L’assurance de créances couvre les défaillances résultant de l’insolvabilité des clients, de la fermeture d’une entreprise, d’un changement de propriétaire, de problèmes de trésorerie, de problèmes de bilan, de la mauvaise foi, de la fluctuation de la demande, de catastrophes naturelles, de la conjoncture économique générale et d’autres risques de non-paiement. Cette couverture fait plus qu’atténuer vos risques de non-paiement. C’est un outil de vente qui peut vous aider à remporter davantage de commandes et un outil de financement qui rend les créances de votre entreprise plus attrayantes pour les prêteurs.

L’assurance-crédit protège les vendeurs contre les pertes financières dues au défaut de paiement de leur acheteur. La couverture est disponible dans plus de 150 pays à travers le monde. Les causes qui déclenchent une perte sont généralement la faillite du client, le simple non-paiement pendant une période prolongée ou un événement gouvernemental ou civil dans le pays du client. Les assureurs s’associent au vendeur pour partager jusqu’à 90 % de la valeur nominale des créances (ou 95 % lorsqu’elles sont causées par un événement politique ou civil). L’assureur et le vendeur fixent à l’avance des plafonds en dollars pour les acheteurs et les pays à couvrir (par exemple, des limites nationales ou internationales, des limites par pays, pour des acheteurs individuels ou des portefeuilles entiers).
Le risque résiduel résiduel est limité entre 5 et 10%.

Toutes les ventes de votre entreprise peuvent être couvertes par une seule police d’assurance sur vos comptes clients. Une limite de crédit spécifique sera approuvée pour chacun de vos clients ou, si vous avez droit à une limite discrétionnaire, votre police assurera les décisions de crédit que vous prenez vous-même en fonction de votre propre expérience.
Vous pouvez également demander une police couvrant uniquement vos plus gros clients. Vous pouvez aussi être encore plus sélectif, à condition que les ventes que vous souhaitez assurer représentent une répartition raisonnable des risques. Les polices d’assurance créances couvrant un seul client sont moins courantes, mais elles peuvent être applicables dans certains cas pour un débiteur très solvable.
Si vous souhaitez couvrir les créances internationales de votre entreprise, les compagnies proposent également une assurance-crédit à l’exportation, où vous pouvez assurer les ventes nationales et les ventes à l’exportation dans le cadre d’une police d’assurance-crédit globale.

Comment fonctionne le paiement d’un sinistre ?

Le vendeur dépose une demande d’indemnisation pour le solde des comptes débiteurs de l’acheteur. Pour régler la réclamation, l’assureur confirme la dette de l’acheteur, prend des mesures pour recouvrer la dette (y compris des actions en justice si nécessaire). En échange de la cession par le vendeur de ses intérêts à l’assureur, ce dernier paie le vendeur.

Comment le prix est-il fixé ?

Le prix dépend de l’assureur. La prime est généralement calculée par un taux d’assurance coté en pourcentage multiplié par la valeur estimée en euros des ventes annuelles assurées, ou un taux d’assurance coté (un taux annuel) multiplié par un solde des créances à couvrir. Le taux de prime est basé sur les conditions que vous accordez à vos acheteur au niveau des délais de crédit, la répartition des risques de vos clients et de votre secteur d’activité.

Le coût de l’assurance des créances est faible, généralement une petite fraction d’un pour cent de votre volume de ventes couvert.
Que vous répercutiez ou non cette dépense supplémentaire sur vos clients, le prix de l’assurance-comptes clients est insignifiant par rapport aux affaires supplémentaires que vous pouvez obtenir en prolongeant des conditions de crédit compétitives tout en protégeant vos ventes contre les pertes en cas de non-paiement.

La maîtrise du risque résiduel

Les ressources disponibles pour les professionnels du crédit et les directeurs financiers ne sont pas fiables et fournissent l’historique des débiteurs au passé. Les professionnels de la vente subissent des pressions de la part de leurs clients qui les poussent à fournir des produits sans informations financières, ce qui fait courir de grands risques à leur entreprise. Grâce à une police d’assurance-crédit personnalisée, les décisions de crédit peuvent être modifiées immédiatement, ce qui rassure votre entreprise et lui permet d’être indemnisée tout en maîtrisant les risques résiduels.

Les question à se poser pour savoir si vous devez choisir en l’assurance crédit et l’auto assurance :
L’un de vos clients pourrait-il mettre un frein à vos liquidités s’il déposait son bilan ?
Connaissez-vous les clients de votre client aussi bien que vous le souhaiteriez ?
Quel degré d’exposition êtes-vous prêt à prendre ?
Quel niveau de risque prenez vous dans votre développement de vos ventes au niveau national ou international ?

En auto-assurance, lorsque qu’il n’y à pas de possibilité d’utiliser l’assurance-crédit, l’entreprise est amenée à supporter un risque résiduel par une dotation aux provisions pour les clients douteux.
Cela se traduit par une affectation des résultats en réserves pour amortir le choc sur la trésorerie provoqué par des impayés des créances commerciales.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Posté dans .