Taux de prime

Taux négocié aux conditions particulières du contrat. Ce taux de prime est appliqué au chiffre d’affaires de l’assuré.

Il peut être abaissé en modifiant certaines conditions du contrat :

  • mise en place d’une franchise,
  • baisse du pourcentage de couverture,
  • réduction de la période de risque.
Définition du Taux de prime

Par ailleurs, le taux de prime peut varier dans le temps. Généralement, il est favorable en début de contrat mais il peut être augmenté si la sinistralité augmente trop par rapport au cotisation versée.

Qu’est-ce que la prime d’assurance crédit ?

Pour rappel : après avoir souscrit un contrat d’assurance crédit, vous devrez verser une prime d’assurance à votre assureur-crédit. Cette cotisation permet d’avoir une couverture sur le paiement de vos créances en cas d’insolvabilité déclarée ou présumée de vos acheteurs. Vous pouvez payer cette somme de façon mensuelle, trimestrielle ou annuelle, cela dépend de l’échéance définie dans votre contrat.

Le coût de l’assurance crédit intègre la prime et les frais.

Calcul de la prime d’assurance-crédit

La prime d’assurance-crédit est calculée selon un pourcentage de votre chiffre d’affaires assuré.

Ce taux peut varier entre 0,05 et 1,5% en fonction de plusieurs paramètres :

  • zone d’activité et pays,
  • classement du pays,
  • échéance moyenne pratiquée et délais de règlements,
  • nature du risque couvert,
  • qualité des clients assurés,
  • nombre de clients,
  • type de clients,
  • secteur d’activité,
  • le montant à assurer,
  • période de crédit accordée,
  • pays à assurer,
  • branche,
  • statistiques des réclamations,
  • qualité du débiteur,
  • historique de votre sinistralité,
  • analyses des bilans,
  • informations bancaires.

Bon à savoir : il existe un minimum de prime annuelle pour chaque contrat. Cette limite correspond à environ 70% du montant annuel.

Coût de gestion en interne du risque client

Le coût de la prime de la garantie impayés est à comparer à l’ensemble des frais sans assurance crédit avec une gestion en interne du risque client .
Pour cela, il faut comptabiliser plusieurs postes de dépenses de l’auto-assurance :

1 – L’abonnement au service de renseignement commercial
2 – Les coûts de prestations de recouvrement (honoraires, frais)
3 – Analyse financière (experts, direction commerciale, DAF, DG, comptable)
4 – Perte du au montants des impayés, provision en cas de clients douteux.
5 – Coût financier pour couvrir les besoins de trésorerie, financement bancaire.
6 – Développement commerciale alloué sur des mauvais clients.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Posté dans .