Défaillance

Une entreprise est en défaillance lorsqu’elle est en situation de cessation de paiement.

Cette situation se présente que la société n’arrive plus à payer son passif exigible (dettes sociales, salariales, fiscales, fournisseurs, créanciers) avec sa trésorerie disponible.

L’entreprise en défaillance doit alors « déposer le bilan ». La déclaration doit être déposée au greffe du Tribunal de Commerce du siège de leur entreprise dans les 45 jours.
L’entreprise est alors placée en redressement judiciaire ou en liquidation judiciaire.

Définition de Défaillance

Plus de 25 % des défaillances en France ont pour origine un impayé. Gérer la défaillance de paiement permet de préserver la partie la plus importante des actifs de l’entreprise. Le poste clients représente plus de 40% de l’actif de l’entreprise. En confiant et en externalisant la gestion du poste clients à une compagnie d’assurance-crédit, vous protégez votre entreprise du risque des factures impayés.

Actualités : Avec 18 134 sociétés qui ont déposé le bilan, le nombre de défaillance au premier trimestre 2015 a augmenté de 7,6% en France par rapport à l’année 2014. sources du cabinet Altares

L’assurance crédit pour réduire les conséquences des défaillances d’entreprise

Le risque d’insolvabilité du débiteur est inhérent à la possession d’une entreprise. Parfois, vos clients ne vous paient tout simplement pas ou ne peuvent pas vous payer, c’est inévitable et cela pourrait être désastreux pour votre entreprise. Une police d’assurance-crédit pourrait aider votre entreprise à survivre.

La garantie impayée protège votre entreprise contre le défaut de paiement de vos clients et les retards importants dans la réception de leurs paiements. Ce qui peut sembler catastrophique au premier abord est tout à fait supportable avec une couverture de crédit adéquate.

L’achat d’une assurance-crédit peut contribuer à sauver votre entreprise d’une mauvaise dette paralysante. Alors que la mondialisation continue d’allonger les chaînes d’approvisionnement des entreprises et d’élargir leur clientèle au-delà des frontières nationales, les débiteurs et les créanciers continuent de s’éloigner les uns des autres. Il est donc plus facile de perdre la trace de vos clients et cela présente davantage d’obstacles pour leurs paiements, tels que les restrictions gouvernementales ou l’instabilité politique à l’étranger. L’assurance impayés peut vous protéger contre les divers risques liés au commerce transfrontalier.

Ne pas recevoir les paiements de ses clients à temps, voire pas du tout, peut être fatal pour votre entreprise, mais l’assurance-crédit permet de transférer ce risque. Les polices couvrent généralement environ 90 % des dettes impayées des clients, de sorte que la défaillance d’un gros client ou de plusieurs petits clients ne submergera pas votre entreprise.

Cette couverture spécialisée nécessite une évaluation minutieuse des risques. Une évaluation précise permettra de créer une police d’assurance efficace qui vous maintiendra à flot lorsque vos clients feront faillite.

Qui a besoin d’une assurance-crédit ?
Toute entreprise qui vend des biens ou fournit des services à des conditions de crédit risque de ne pas être payée. Même les entreprises dont les processus de contrôle du crédit sont les plus solides sont vulnérables. L’assurance impayée est une solution pratique pour les dirigeants et elle atténuera votre exposition au risque de crédit.

Les avantages de l’assurance impayés

  • préserver les profits et protéger les liquidités et les flux de trésorerie.
  • transférer le risque de non-paiement à un assureur-crédit noté « A- » ou supérieur par S&P.
  • permet la croissance des entreprises.
  • améliorer la capacité à offrir des conditions de crédit compétitives.
  • offrir une couverture souple.
  • sont disponibles à des primes compétitives.
  • fournir une sécurité aux banquiers et protéger les actifs des actionnaires.

Comment fonctionne l’assurance-crédit ?
Les polices de garantie impayés sont généralement souples et permettent à l’assuré de couvrir tout ou partie de son portefeuille en choisissant parmi les options proposées :

  • L’ensemble des débiteurs d’une entreprise.
  • Débiteurs désignés uniquement.
  • Clients situés uniquement en France.
  • Acheteurs étrangers uniquement.

Les polices sont généralement rédigées sur une base de 12 mois renouvelable, mais peuvent être négociées jusqu’à une durée de 36 mois, couvrant les biens et services livrés ou expédiés à des clients approuvés pendant la période. Elles vous couvrent jusqu’à 95 % du montant dû, les primes sont rentables et le coût prévu est déductible des impôts.


Les raisons des défaillances d’entreprise

Conseils d’administration inefficaces
L’une des raisons les plus évidentes de la faillite d’une entreprise est l’absence d’un conseil d’administration efficace. Il existe de nombreux signaux d’alarme pour indiquer que le conseil d’administration est dépassé. Les limites évidentes des compétences, l’absence d’expérience dans les principaux domaines d’activité et l’incapacité des directeurs non exécutifs à demander des comptes aux cadres supérieurs ont à plusieurs reprises ouvert la voie à l’effondrement.

Complexité de la société
Des processus complexes sont certainement nécessaires parfois, mais la vérité est qu’une complexité excessive est souvent une cause fondamentale de la faillite des entreprises. Lorsque des défauts commencent à apparaître, même dans le système complexe le mieux huilé, il peut être incroyablement difficile de les corriger, ce qui déclenche souvent un effet de domino qui touche tous les aspects d’un projet ou d’une entreprise.

Mauvaise communication
L’obligation pour une organisation de maintenir des lignes de communication claires devrait être relativement évidente pour la plupart des dirigeants. Pourtant, à maintes reprises, l’effondrement des entreprises a été le fer de lance de défaillances en matière de communication. Après tout, même le conseil d’administration le plus efficace ne peut pas diriger une organisation s’il n’est pas tenu au courant. Le défi le plus fréquent auquel sont confrontées les entreprises est de découvrir les choses trop tard, qu’il s’agisse d’une violation de données, d’un défaut de qualité du produit ou de problèmes éthiques. Il est essentiel d’avoir une culture de soutien, mais il faut aussi disposer du processus adéquat pour faire remonter les problèmes de manière appropriée, pour évaluer le risque dans le contexte d’autres événements et pour amener rapidement l’équipe de direction à comprendre l’impact et les conséquences potentielles du problème ou de l’événement.

Rupture technologique
L’innovation technologique a été fantastique pour faire progresser l’industrie et simplifier les chaînes d’approvisionnement, mais elle pose également d’énormes défis aux entreprises en place. Les chefs d’entreprise qui ne parviennent pas à tirer parti des nouvelles technologies pour rester compétitifs voient souvent leur organisation entière s’effondrer par excès de confiance.

La faillite en 2012 de la marque emblématique Kodak en est un exemple typique. Fondée dans les années 1880, Kodak a détenu un monopole sur l’industrie mondiale de la photographie pendant près d’un siècle. Mais lorsque le secteur est passé au numérique dans les années 1980, Kodak a refusé de reconnaître cette technologie perturbatrice. L’entreprise a finalement adopté tardivement (et à contrecœur) le numérique, mais elle a quand même essayé de le reconvertir pour stimuler les ventes de produits analogiques. Les ventes ont continué à dépérir avec l’essor des smartphones – et les acquisitions désespérées de dernière minute, comme l’achat par Kodak du site de partage de photos Ofoto, ont été trop peu nombreuses, elles aussi.

Pas assez de fonds de roulement
Si une organisation est sous-capitalisée, elle est probablement vouée à l’échec. En période de difficultés financières, les conseils d’administration ont souvent du mal à trouver des liquidités et à maintenir un fonds de roulement suffisamment élevé pour poursuivre leurs activités. Les entreprises sous-capitalisées ne peuvent pas acheter les actifs fixes nécessaires ou investir les revenus dans des actifs générateurs, ce qui entraîne une sous-utilisation des capacités et, en fin de compte, la faillite.

Crise économique
Enfin, même le conseil d’administration le plus avisé ne peut pas contrôler tous les éléments de la réussite d’une entreprise et le ralentissement économique est l’un des éléments qui échappent au contrôle d’une entreprise. L’instabilité économique peut décimer les ventes et nuire aux activités et aux performances des organisations, facilitant souvent l’échec, voire l’effondrement.

L’exemple le plus marquant est les effets catastrophiques du Coronavirus sur l’économie mondiale avec un changement radical sur les entreprises. Personne n’aurait pu prévoir une crise financière de cette importance avec effets tant sur les économies, les populations et les entreprises.



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Posté dans .