L’éventail des moyens de paiement

Découvrez les différents moyens de paiement disponibles pour les entreprises.

Le chèque – acheteur régulier et fiable situé dans un pays OCDE

il est encore très utilisé du fait de sa simplicité, mais confère très peu de sécurité :

  • l’émission est laissée à l’initiative de l’acheteur
  • risque de change si le chèque est libellé en devises
  • le temps dencaissement peut-être long
  • aucune securite de paiement
  • le chèque peut-être volé, perdu, falsifié.
  • Le virement bancaire international

    Acheteur régulier et fiable situé dans un gays OCDE
    C’est l’instrument de paiement le plus utilisé. Ce moyen de paiement est simple, peu coûteux, très rapide, sûr techniquement et rend l’impayé impossible si le virement est effectué avant toute expédition.
    Il présente toutefois 2 inconvénients :

    • l’initiative de l’ordre de virement est laissée au débiteur
    • il peut exister un risque de change dans le cas d’un virement en devises
    • La lettre de change

      Acheteur régulier et fiable situé dans un pays OCDE.

      Les avantages de la lettre de change

      • L’effet est émis à l’initiative du vendeur
      • il matérialise une créance qui peut, dans certains cas, être mobilisée auprès d’une banque
      • il détermine précisément la date de paiement

      Les inconvénients de la lettre de change

      • La lettre de change ne supprime pas les risques d’impayés, de perte et de vol
      • Elle est soumise à l’acceptation de l’acheteur et son recouvrement peut être long, en raison de la transmission postale et de l’intervention de plusieurs établissements financiers

      Le billet à ordre

      Le billet à ordre, a quasiment les mêmes avantages et inconvénients que la lettre de change, avec le défaut supplémentaire d`être émis à l’initiative de l’acheteur.

      La remise documentaire

      Acheteur régulier mais à surveiller et/ou situé dans un pays dont la réglementation impose la transmission de documents par canal bancaire.
      La remise documentaire, aussi appelée « encaissement documentaire », est l’opération inverse du crédit documentaire, c’est-à-dire qu’elle se déroule du côté du vendeur. En savoir plus, sur la remise documentaire.

      Le crédit documentaire

      Le crédit documentaire, aussi appelé crédoc, est un engagement par la banque de l’importateur de payer à l’exportateur le montant de sa créance contre la remise des documents prouvant que les marchandise ont bien été expédiées ou que la prestation a été effectuée.
      En savoir plus, sur le crédit documentaire.

      La lettre de crédit stand-by

      Bien que moins connue que le Crédit documentaire, la lettre de crédit stand-by est en plein développement.

      Elle est moins onéreuse qu’un Credoc, et se définie comme une garantie bancaire dont la finalité est de protéger le bénéficiaire. C’est une sorte de garantie de secours. Ainsi si une opération devait être réglée par virement Swift et que le débiteur fait défaut à son obligation de payer, le créancier pourra mettre en jeu la lettre de crédit stand-by si elle avait été prévue lors du montage financier.

      

      Vous avez aimé cet article sur L’éventail des moyens de paiement ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

      Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
      1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (2 votes, moyenne: 5, 00 sur 5)
      Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>