Assurance crédit

Définition de l’assurance-crédit

L’assurance-crédit est une garantie destinée aux entreprises de toutes tailles (TPE, PME et grands comptes) pour garantir les impayés.

C’est une garantie sur les créances commerciales contre les risques de défaillance de paiement des clients.

Bon à savoir : en France, chaque année une entreprise sur quatre disparaisse en raison d’impayé ou de la perte d’un ou plusieurs clients.

Définition de assurance-crédit

L’assurance crédit est une protection destinée aux structures de toutes tailles (TPE, PME, ETI et grands comptes) pour garantir les impayés.

L’assurance-crédit offre 3 services aux sociétés :

Elle protège votre entreprise contre les risques commerciaux et politiques qui échappent à votre contrôle. Elle améliore la qualité de vos résultats et vous aide à croître de manière rentable, en minimisant le risque d’insolvabilité soudaine ou inattendue de votre clientèle. Elle vous donne la confiance nécessaire pour accorder des crédits à de nouveaux clients et améliore également l’accès au financement, souvent à des taux plus compétitifs. Elle concerne les créances à court terme, c’est-à-dire celles qui sont dues au maximum dans les 12 mois.

Elle protège le bilan et vous donne la confiance nécessaire non seulement pour savoir que votre portefeuille de débiteurs est protégé, mais aussi pour minimiser le risque d’en faire plus avec vos consommateurs et d’attirer de nouveaux prospects.

Les sommes assurées sont définies dans le contrat d’assurance crédit à hauteur d’un encours.

Cette garantie protège votre activité contre le non-paiement par vos acheteurs de leurs dettes commerciales envers vous. Ces dettes peuvent résulter de l’insolvabilité de la société ou de son incapacité à payer dans les délais de paiement et conditions convenus (c’est ce qu’on appelle le « défaut de paiement prolongé » ou « insolvabilité présumée »).

Les avantages de l’assurance-crédit

En plus de fournir à votre entreprise un filet de sécurité financier que vous pouvez utiliser pour vous protéger contre les débiteurs qui ne paient pas et pour poursuivre de nouvelles activités, les polices sont souvent assorties des services avantageux suivants :

  • l’entreprise limite ses pertes potentielles grâce au partage du risque entre l’assureur et l’assuré. Les clauses et les franchises du contrat d’assurance-crédit permettent de répartir les risques et de responsabiliser la société,
  • l’information commerciale donnée par la compagnie réduit le risque d’un défaut de paiement et de travailler avec des clients douteux. Pour les entreprises qui cherchent à pénétrer de nouveaux pays, les assureurs peuvent fournir les recherches et les rapports nécessaires pour évaluer correctement les risques commerciaux sur ces marchés,
  • le recouvrement est effectué par des professionnels ce qui augmente le taux de recouvrement sur les factures impayées,
  • l’assurance-crédit permet d’obtenir de meilleur financement auprès de sa banque car le portefeuille client est sécurisé,
  • les assureurs crédit proposent des couvertures de garanties plus importantes que dans les protections intégrées dans les contrats d’affacturage proposé par les Factors. Par ailleurs, contrairement au full factoring qui ne couvre uniquement les factures impayées avérées, l’assurance crédit couvre en plus les créances impayées présumées,
  • Services de recouvrement : les assureurs crédit offrent souvent l’accès à des services de recouvrement de créances à prix réduit.

Les garanties de l’assurance-crédit

La garantie de base de l’assurance crédit est le risque commercial en France et à l’export.

Il est possible de souscrire d’autres types de risques :

  • politique ou administratif du pays de l’acheteur,
  • interruption de marché ou de contrat de la part d’un de vos clients,
  • risque de fabrication,
  • non-livraison d’un composant d’un sous-traitant,
  • devises non convertibles ou impossibilité de transférer les règlements,
  • acompte non remboursé,
  • actes de terrorisme provoquant des dommages matériels ou des pertes d’exploitations,
  • risque de catastrophes naturelles.

Les couvertures peuvent être sur l’ensemble de vos acheteurs ou sur vos clients les plus importants avec des garanties non annulables pendant 1 ans sur le marché domestique ou à l’international.

Comment fonctionne la garantie impayée ?

Le fonctionnement est simple : les assureurs surveillent les performances financières et le bien-être de vos débiteurs. Ils attribuent à chacun de ces clients une note qui reflète la santé de leur activité et la façon dont ils mènent leurs affaires.
Sur la base de cette évaluation des risques, chacun de vos acheteurs se voit ensuite attribuer une limite de crédit spécifique jusqu’à laquelle vous, l’assuré, pouvez négocier et être en mesure de faire valoir vos droits en cas de problème. Cette limite peut être révisée à la hausse ou à la baisse à mesure que de nouvelles informations sont disponibles.

Les créances commerciales peuvent représenter jusqu’à un tiers de l’actif total du bilan d’une entreprise. La gestion efficace de vos créances commerciales joue donc un rôle essentiel : fournir une protection complète contre le risque d’insolvabilité, améliorer vos relations avec les clients
Améliorer les relations bancaires et l’accès au financement et enfin soutenir l’expansion des ventes.

Schéma de fonctionnement de l’assurance crédit

En amont, l’assureur crédit assure la prévention quotidienne en évaluant et en surveillant la situation financière des entreprises clientes. En cas de factures impayées, la compagnie d’assurance crédit lance les démarches amiables et judiciaires de recouvrement auprès du débiteur. Passé un délai de carence déterminé, si l’assureur n’arrive pas à récupérer le montant de la créance, il indemnise l’assuré conformément au contrat.

schéma d'assurance crédit

Assurance crédit
En prévention

  1. couverture du client
  2. livraison
  3. facturation
  4. surveillance régulière

Assurance crédit
En sinistre

  1. recouvrement
  2. indemnisation

Que couvre l’assurance-crédit commercial ?

L’assurance-crédit fournit une couverture financière pour tout ou partie des pertes subies en raison du non-paiement de biens ou de services par un client. En général, cette couverture protège les structures qui ne sont pas en mesure de payer en raison de leur insolvabilité, d’un défaut de paiement prolongé ou d’un risque politique.

Les polices sont souvent adaptées aux besoins de l’assuré, mais il existe des polices standard qui sont couramment utilisées par les petites entreprises ayant des exigences moins complexes.

Les sociétés peuvent décider du montant de la couverture dont elles ont besoin dans leur police et si elles veulent couvrir l’ensemble de leur portefeuille de clients ou un sous-ensemble. Voici les quatre types de polices de garantie impayés les plus courantes :

Globale sur l’ensemble du chiffre d’affaires total : c’est une assurance crédit contre le non-paiement de tous les acheteurs. Cette police couvre tous vos clients et, en général, les entreprises doivent seulement décider si elles veulent s’assurer contre toutes les ventes domestiques ou les ventes à l’exportation ou les deux.

Grands comptes : contre le non-paiement d’un ensemble de comptes clés. L’objectif est d’assurer les plus gros clients, ceux dont la défaillance aurait un impact catastrophique sur l’activité.

Acheteur unique : couverture sur un seul acheteur. Ce type de police est couramment utilisé par les assurés dont la majorité de leurs ventes proviennent d’un seul acheteur.

Transactionnelle : elle assure contre le non-paiement, transaction par transaction. Les entreprises qui ne comptent qu’un seul acheteur ou dont le chiffre d’affaires à assurer est très faible par rapport au volume global utilisent souvent ce type de police.

Les coûts de l’assurance-crédit

Combien coûte l’assurance-crédit ?
Le prix d’une police correspond à un faible pourcentage du chiffre d’affaires assurable de votre structure. Le CA assurable est simplement celui des comptes pour lesquels vous offrez des conditions de crédit.

Le coût dépend d’un certain nombre de facteurs, dont le secteur d’activité, l’historique financier de votre entreprise, les créances irrécouvrables subies dans le passé, le type de police que vous choisissez et les risques couverts.

Un autre facteur important dont les assureurs tiennent compte est la situation financière de vos clients. Les assureurs analysent la solvabilité de chaque acheteur et lui attribuent une limite de crédit. Il s’agit du montant que l’assureur sera prêt à couvrir, et cette limite peut changer en fonction des nouvelles informations que l’assureur reçoit sur la structure. Généralement, les limites sont réduites ou annulées à la suite d’événements qui réduisent la viabilité financière de l’activité (par exemple, un client est poursuivi en justice en raison d’une fraude présumée).

Quel est le prix d’une police ?
Le coût de l’assurance-crédit comprend :

  • la prime de la police : souvent basée sur le chiffre d’affaires assurable,
  • les frais d’enquête,
  • les frais de surveillance,
  • les frais de contentieux : en cas de recouvrement.

Votre assureur évaluera le risque sur la base de l’historique des transactions, de la notation de vos débiteurs, des conditions de crédit, de l’historique des pertes, du secteur d’activité et de la localisation du client.

D’autres facteurs tels que la nécessité de limites de crédit non résiliables ou d’une couverture de l’ensemble du chiffre d’affaires seront également évalués.

L’assurance de vos créances est un peu différente de toute autre police en ce qui concerne les questions de coût. Comme pour la plupart des contrats, le prix est calculé en fonction du risque et des exigences spécifiques, ce qui signifie que chaque couverture est évaluée individuellement. Vous pouvez également réduire le coût en choisissant de prendre une plus grande part de risque.

Comment fonctionnent les limites de crédit ?

Pour établir une couverture sur vos acheteurs, vous devez obtenir une limite de crédit sur eux. Un assureur-crédit analyse les informations financières dont il dispose ainsi que les tendances du secteur commercial pour déterminer si l’entreprise est solvable. Le souscripteur peut également essayer d’organiser des réunions avec la société pour obtenir un meilleur aperçu. Il est plus facile de le faire souvent avec les grandes compagnies, car celles-ci savent combien il est important d’être assurables, car de nombreux fournisseurs ne traiteront pas avec des sociétés sur lesquelles ils ne peuvent pas obtenir de couverture. Une fois l’analyse effectuée, vous recevrez une limite de crédit partiellement approuvée, refusée ou entièrement approuvée au montant demandé.

Une autre méthode pour établir une limite de crédit consiste à utiliser votre propre expérience commerciale ou vos rapports de crédit dans le cadre d’un contrat non-dénommée. Dans ce cas, vous n’avez pas besoin d’interroger et d’informer votre assureur. Cependant, dans ce cas la couverture est souvent limitée entre 65 et 80% du montant de la facture.

Comment faire une demande d’indemnisation ?

Il existe 3 causes de perte pouvant donner lieu à un sinistre, dont 2 sont beaucoup plus courantes :

L’insolvabilité déclarée : une fois que vous avez reçu une notification d’insolvabilité d’une entreprise, vous pouvez remettre votre créance à la compagnie. Vous fournissez à l’assureur une copie des factures impayées et des preuves de livraison (le cas échéant). Une fois cela terminé, la créance vous sera payée jusqu’à hauteur de 95 % de ce qui vous était dû sauf dans le cas d’une franchise. Dans ce cas, vous recevrez ce qui vous est dû moins la rétention minimale.

L’insolvabilité présumée : il s’agit du cas où un client ne peut pas vous payer en raison de problèmes de trésorerie. La procédure de réclamation peut être engagée 6 mois après la date d’échéance de la première facture en souffrance. La procédure de réclamation est la même que celle de l’insolvabilité. La seule différence est que vous remboursez l’assureur si le client parvient à résoudre ses problèmes de trésorerie et vous paie. L’avantage est que vous ne souffrez pas des difficultés financières d’une autre entreprise.

Le risque politique : il ne concerne que les polices qui comprennent une couverture des exportations et est pertinent dans certains pays. Une fois que vous avez une date de sinistre, qui pourrait être due à une guerre ou à un gouvernement, vous pouvez traiter une demande de réclamation.

L’objectif d’une entreprise étant d’accroître ses bénéfices et de se développer, la meilleure façon d’y parvenir est d’augmenter vos revenus, mais cela s’accompagne d’un risque supplémentaire.

L’assurance-crédit est essentielle pour se protéger du risque de ne pas être payé, car vous pouvez facturer autant que vous le souhaitez, mais si vous n’êtes pas physiquement payé, vous ne gagnez pas d’argent ! Il a été prouvé que la garantie impayée améliore votre trésorerie grâce à une meilleure connaissance de votre clientèle et des processus qui accompagnent votre propre contrôle de crédit.

L’assurance-crédit face à l’auto-assurance

Une alternative courante est le concept d’auto-assurance, qui consiste pour une entreprise à mettre de côté des liquidités pour couvrir les pertes au cas où un client ne paierait pas. Bien qu’il s’agisse d’une tactique souvent utilisée dans les sociétés qui renoncent à souscrire une police, c’est souvent une stratégie irréalisable, en particulier pour les petites et moyennes entreprises ou très risqué lorsque les montants des encours sont importants.

L’immobilisation de capital pour prévenir une perte qui pourrait ne jamais se produire est souvent prohibitive pour les petites structures qui disposent de moins de liquidités. En outre, pour les sociétés qui sont en mesure de réserver des liquidités pour une perte potentielle, on pourrait faire valoir que les liquidités pourraient être utilisées de manière plus efficace, qu’il s’agisse de développer l’activité ou de générer davantage de ventes. Avec l’assurance crédit, au lieu d’immobiliser le montant total d’une vente pour se protéger contre un éventuel défaut de paiement, vous n’utilisez qu’une fraction du montant total pour la même protection contre les pertes.

Affacturage et Assurance-crédit

L’affacturage de factures est une solution de financement par laquelle une entreprise vend ses créances en cours à une société d’affacturage (le factor) en échange d’un paiement immédiat en espèces. Au lieu d’attendre le paiement du client, le factoring vous fournit un fonds de roulement immédiat qui vous permet de rattraper vos retards de paiement, de payer vos salaires, de maintenir vos dépenses d’exploitation quotidiennes et de développer votre activité en toute simplicité.

Le processus est très simple. Une TPE ou une PME fournit du travail, des prestations de services ou des produits à ses clients. Lorsque celui est facturé, la facture impayée est d’abord envoyée à la société d’affacturage. Le factor avance à la société, le jour même, un pourcentage de la valeur de la facture, généralement entre 80 et 95 %.

La facture est ensuite envoyée au client, qui la traite et la paie selon ses conditions habituelles. Le client paie ensuite l’affactureur. Une fois l’encaissement de la facture traité, le solde de la facture, moins une commission d’affacturage, est remis à l’entreprise.

L’assurance-crédit compris dans l’affacturage :
En mode « full-factoring », la garantie est intégrée dans le contrat d’affacturage. Le factor assure les clients directement auprès d’une compagnie et définie lui-même les limites de garanties en fonction des conditions accordé par l’assureur. Dans ce cas, vous n’avez pas besoin de souscrire un contrat de garantie impayés. L’avantage de cette solution est d’être plus simple.

L’assurance-crédit avec l’affacturage :
Il est possible de souscrire une police d’assurance crédit directement auprès des compagnies pour couvrir les clients sans prendre celle du factor. Dans cette situation, l’affacturé doit gérer deux contrats.
On parle de délégation de bénéfice au profit de la société d’affacturage. L’indemnisation est reversé directement au factor. Cette solution présente l’intérêt d’obtenir des couvertures plus importante et de mieux couvrir à l’exportation. Par ailleurs, il permet d’obtenir une indemnisation même en cas d’insolvabilité présumée.
Si les garanties fournies par l’assureur ne sont pas suffisantes par rapport au montant des créances cédées, le factor peut accepter de financer en dépassement de garantie.

L’affacturage sans assurance crédit :
Dans les cas où les risques sont très faibles car les clients sont fiables ou ont une solide structure financière (grandes groupe, collectivités, administrations), les factors financent sans assurance-crédit. Cependant, l’entreprise conserve à sa charge tous les risques d’impayés.

Bon à savoir : un contrat sur deux est utilisé dans le cadre de l’affacturage pour garantir les créances financées.

Attention, la garantie impayée ne couvre pas les retards de paiement. Pour combler ce besoin, votre activité peut souscrire, en complément, un contrat d’affacturage et négocier avec le factor un délai de règlement après l’échéance.

Avantages de l’utilisation d’un logiciel de gestion du crédit pour surveiller les clients et gérer l’assurance crédit.

Aujourd’hui, la plupart des entreprises surveillent encore leurs clients manuellement et se connectent à différentes applications pour recueillir des informations sur les clients et les créances. Les données sont souvent conservées de manière non structurée à différents endroits, de sorte que le traitement des informations disponibles aujourd’hui représente déjà une dépense de temps considérable.

Dans de nombreux cas, la nécessité d’agir n’est révélée que lorsqu’un événement négatif se produit, comme un retard de paiement ou une plainte d’un client. De cette manière, le système réagit également aux informations reçues de prestataires de services externes et parfois il est déjà trop tard et la réclamation a déjà eu lieu. Si une assurance crédit est alors souscrite, les pertes peuvent être couvertes. Malheureusement, la charge de travail du gestionnaire de crédit n’est pas réduite par le contrôle des délais, le traitement des obligations et la vérification des limites. Le gestionnaire de crédit attend toujours un événement déclencheur, qui l’incite ensuite à agir.

Avantages d’un logiciel de credit management
La communication avec le client et le service commercial peut également se faire par le biais d’un système unique. Les courriers électroniques, les documents, les informations et les informations d’assurance sont stockés dans un dossier client à cet effet. Aucun enregistrement manuel dans les portails en ligne n’est nécessaire. Les resoumissions qui indiquent de manière proactive que les délais ou les limites ont été atteints, par exemple, et qui donnent ainsi au gestionnaire de crédit une marge de manœuvre, lui permettent d’agir à un stade précoce.
Les informations et les suppléments des agences de crédit ainsi que les demandes de limites de crédit d’une compagnie d’assurance-crédit sont commandés, récupérés et ensuite historisés au sein d’une demande. Le suivi des limites de crédit des compagnies d’assurance est effectué automatiquement dans le logiciel et, surtout, les rapports à la compagnie d’assurance ou les frais de recouvrement sont également cartographiés par le logiciel. La mise en correspondance des contrats d’assurance avec les obligations correspondantes donnera au gestionnaire de crédit la liberté de se concentrer sur l’essentiel : votre chiffre d’affaires et vos clients avec un logiciel de crédit management sont votre profit !



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Posté dans .