Crédit court terme

Les crédits courts termes ont pour objectif d’assurer l’équilibre de la trésorerie de l’entreprise. En effet, il existe souvent un décalage entre les dépenses engagées par l’entreprise et les recettes qui ne sont pas encore encaissées à cause des crédits inter-entreprises.
Ce décalage peut être suite à un accroissement de l’activité ou à cause d’un cycle d’exploitation saisonnier.
Pour combler ce décalage qui correspond au besoin de fonds de roulement (BFR), l’entreprise peut faire appel à de la trésorerie ou à un crédit court terme.
La durée de ces crédits est inférieur à 2 ans. Au-delà de cette durée, on parle de crédit à moyen terme.

On peut distinguer deux type de catégories de crédit court terme : les crédits de trésorerie et les crédits par mobilisation de créances.

Les crédits de trésorerie

Elles permettent à l’entreprise d’obtenir un crédit court terme avec l’aide d’un découvert bancaire autorisé.

Le découvert bancaire

Les découverts négociés auprès des banques offrent la possibilité d’avoir un compte courant à la banque débiteur. Il permet à l’entreprise de bénéficier d’un découvert sur le compte courant jusqu’à une certaine limite et pendant une certaine durée.
Son coût correspond à un versement d’intérêts proportionnels au montant et à la durée du découvert. Généralement, l’autorisation de découvert est fixée pour une durée de 1 an sans restriction de durée minimum.

Les avances de trésorerie ou facilités de caisse

C’est un crédit utilisable sur une courte période mensuelle prédéfinie. Il permet de bénéficier d’une avance de trésorerie sur une durée assez courte (inférieure à 15 jours) pour couvrir les décalages ponctuels entre les dépenses et les recettes.
Le coût est identique à un découvert.

Le crédit de campagne

C’est un crédit qui s’adresse aux entreprises ayant une activité saisonnière. Il permet de couvrir les dépenses sur une période courte (maximum 90 jours).
Le coût du crédit de campagne est basé sur les intérêts du montant de la ligne de crédit avec en supplément des commissions de gestion.

Les crédits de mobilisation de créances

Elles permettent à l’entreprise, sous certaines conditions, de percevoir en avance le règlement de leurs factures.

L’escompte

Cette technique de financement à court terme consiste à céder à sa banque des effets de commerce et d’obtenir immédiatement la trésorerie relative à ses effets sans attendre la survenance des dates d’échéance.
Pour bénéficier de ce crédit, il est nécessaire de signer un contrat d’escompte avec votre banque qui précise l’ensemble des frais : commissions pour la remise du bordereau, commissions par nombre d’effets remis dans chaque bordereau d’escompte, taux d’intérêts prélevés sur chaque opération d’escompte. Une lettre de change devra être émise afin de stipuler l’échéance et le montant du règlement.
L’avantage de l’escompte est que les créances ne sont pas comptabilisées dans votre bilan.

La cession Dailly

La cession Dailly est identique à l’escompte commercial sauf que le transfert de propriété se fait sans l’intervention du client. Les délais sont donc plus courts.
La cession de factures est effectuée au moyen d’un bordereau dans le cadre d’une convention établie avec la banque.
Dans certains cas, la banque peut aussi notifier la cession de la facture à votre client afin d’obtenir un règlement direct.

L’affacturage

Aussi appelé factoring, c’est une technique de financement du poste clients. Il permet à l’entreprise en cédant ces créances clients à un organisme financier (un factor ou une banque) de financer ses factures.
Le coût correspond à des commissions d’affacturage (frais de gestion, frais de relance, frais de recouvrement…) et à des commissions de financement.
La société d’affacturage se charge de recouvrer les créances clients. L’affacturage est valable pour tout type d’entreprise et tous secteurs d’activité.
L’entreprise doit constituer un fond de garantie pour couvrir une partie du risque sur les factures impayées.

L’assurance-crédit

Cette technique permet de couvrir le risque d’impayés. L’assurance-crédit offre la possibilité à l’entreprise de se prémunir contre le risque d’insolvabilité de ses clients ou des risques extérieurs (risque politique, risque de marché, etc…)
Un contrat sur deux d’assurance-crédit est adossé à un contrat d’affacturage.
L’assurance-crédit offre aussi de nombreux avantages : renseignements sur la solvabilité des clients ou prospects, service de recouvrement, service d’indemnisation.

L’affacturage inversé (ou reverse factoring)

Cette technique est identique à l’affacturage classique mais à la différence du factoring traditionnel l’initiative provient du client et non pas fournisseur.
Cette solution est adaptée aux centrales d’achat des grandes et moyennes surfaces (GMS). Elle permet aux fournisseurs d’être payé sous 48 heures après l’émission de ses factures.

Guides d'assurance crédit



Vous avez aimé cet article sur Crédit court terme ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Donnez une note à cet article :
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
Posté dans .